Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 15:39

 

A l'heure où se profitent les élections du syndicat de défense du muscadet, le président Joël Forgeau a été élu à la tête de la Confédération des vignerons du Val de Loire (CWL). A la place de Pierre Aguilas.

Le 22 février dernier, Joël Forgeau a été élu président de la Confédération des vignerons du Val de Loire (CWL) qui réunit le syndicat de défense de l'AOC muscadet et de l’AOC gros-plant, la Fédération viticole de l'Anjou et de Saumur, la Fédération des associations viticoles d'Indre et Loire et de la Sarthe, la Fédération des associations viticoles du Loir-et-Cher et le syndicat des vins de pays du Val de Loire. "La CWL a pour objet de défendre les intérêts généraux de la viticulture ligérienne dans le cadre de dossiers transversaux (libéralisation des droits de plantation, réglementation viticole,..), mais aussi de soutenir les viticulteurs sur le plan de l'administration (respect des contrats d’achat, vigneron-négoce, réformes  sur les stocks...)", explique le vigneron Mouzillonnais de 46 ans, qui exploite avec son épouse, Florence, un domaine viticole de 21 hectares.

Il succède à Pierre Aguilas qui présidait cette organisation syndicale régionale depuis sa création en 1997. "C'est lui qui m'avait fait entrer à la CNAOC (Confédération nationale des vins et eaux-de-vie AOC) puisqu'il était également président (remplacé par Bernard Farges en novembre dernier). Etant le seul membre de la CWL à la CNAOC, c'est logiquement que les choses se sont passées et qu'on m'a élu à la présidence de la confédération régionale". Joël Forgeau est également devenu du même coup secrétaire général de la CNAOC.

SDAOC : repartira-t-il en mai ?

Président du syndicat de défense du muscadet, cette nomination n'a pas de lien avec les prochaines échéances du mois de mai au niveau du muscadet (SDAOC). Le 2 mai prochain, son mandat de trois ans arrive à échéance. Le successeur de Marcel Jussiaume repartira-t-il ? L'intéressé n'en sait rien. "Sur les 25 membres du conseil d'administration, plusieurs arrêtent. Certains jettent l'éponge par obligation (ils cessent leur activité), d'autres en raison d'un certain ras-le-bol, relate Je Mouzillonnais. S'il n'y a pas d'équipe motivée, je laisserai la place. Pourtant, j'aurais envie de dire que ce n'est pas le moment de lâcher. Qu'on n'a jamais autant eu de bons échos sur notre produit aussi bien dans la presse nationale qu'internationale. Mais pour beaucoup, le moral est dans les chaussettes".

15/03/2012 l’H

 2012-03-15-l-H-IMG.jpg

 

Repost 0
Published by Lucien - dans Presse
commenter cet article
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 15:35

 Au conseil, la majorité se fissure

Le divorce est consommé entre le maire Nicole Lacoste et son premier adjoint, Gabriel Hondaâ. Lundi dernier, par 17 voix, le conseil municipal a décidé de retirer les délégations au numéro deux de la majorité.

Des élus crispés. Une salle pleine. Venue pour un point à l’ordre du jour. Le vote à bulletin secret sur le maintien ou non du premier adjoint, Gabriel Hondaâ, dans ses fonctions. Lundi, le conseil municipal avait une résonance "particulière". Certes, ce n'est pas la première fois, à Vallet, qu'un maire se sépare de son premier adjoint. La commune a connu un précédent sous l'ère "du maire Antoine Guilbaud lors de son mandat 1989-1995", a tenu à rappeler Joël Charpentier. Il n'empêche. La décision a beau ne pas être une première dans la vie politique locale, il est lourd de sens. Et peut-être de conséquences. Tant il traduit une fracture au sein de* la majorité municipale. C'est par un communiqué daté du 6 mars dernier que le maire en avait exposé les motifs. "Il s'agit d'une décision difficile, mais mûrement pesée et assumée sereinement avec la large majorité de mes colistiers", entame Nicole Lacoste. En séance, le maire explique que le fonctionnement de son premier adjoint, Gabriel Hondaâ, "n'est plus en accord avec celui du bureau municipal, dont il ne partage pas la volonté de transparence et de concertation". Entre le maire et son adjoint, le courant ne passe plus. Depuis longtemps. Plus de confiance.

Et en public, ajoute Nicole Lacoste, "Gabriel Hondaâ a, à mon égard, des attitudes et des propos incompatibles avec le respect dû à ma personne et à la fonction de maire".

"Mise en scène"

On attendait des explications du pourquoi de l'arrêté retirant l'ensemble des délégations. Elles ne sont pas venues. Nicole Lacoste n'a pas souhaité en donner les raisons. Ni en "exposer les détails". Lançant le débat, Gabriel Hondaâ a remercié le maire de lui "donner la parole". Pour sa défense, le premier adjoint avait préparé une intervention solennelle "posée sur papier". "Vous m'avez fait part du retrait de mes délégations à 10 heures. A10 h 05, vous me remettiez l'arrêté transmis en préfecture et me donniez une demi-heure pour récupérer mes affaires personnelles dans mon bureau, avec l'obligation de remettre les clefs de la mairie, en me précisant que la police municipale était mobilisée si je ne rendais pas les clefs", détaille l'élu. "La loi est la même pour tout le monde", répond, quelques minutes plus tard, Nicole Lacoste. Gabriel Hondaâ condamne "la mise en scène politico- médiatique". Se dit interpellé par une décision prise "sans réelle discussion préalable". Et s'interroge "sur la violence de la démarche qui prend vraiment peu de cas de mon investissement personnel permanent". "Et si votre décision était... politique ?", poursuit le premier adjoint. Qui invite "l'ensemble du conseil municipal à continuer aussi à s'interroger".

Première à réagir : l'opposition. La minorité, explique Patrick Meluc, "ne souhaite pas participer aux débats et aux règlements de compte personnels". Reste l'affichage. "Ça ternit, ajoute l'élu de l'opposition, l'image du conseil municipal de Vallet." L'opposition, qui a voté blanc, s’est dite, à l'issue de la séance, "choquée par la dureté adoptée par le maire dans sa façon de procéder".

Un adjoint rend sa délégation

Elle n'est pas la seule. Jean Meignen, proche de Gabriel Hondaâ, a remis sa délégation d'adjoint à la culture. L'élu de la majorité démissionnaire, hospitalisé le jour de la signature de l'arrêté, a dit ne pas pouvoir "travailler dans la défiance et la contrainte".

Un avis que ne partagent pas ses colistiers. "Etre élu, ça impose d'avoir des principes et des idéaux", rappelle Frédérique Thébault. "Le premier adjoint, a-t-elle ajouté, à la recherche du pouvoir pour sa propre ambition personnelle, s’en est éloigné »

" Pour Franck Ledru, Sébastien Blot et Paul Grimaud, la décision n'est pas une surprise. "Ces discussions, nous les avons eues en équipe. Il y avait un problème relationnel qui se posait... Cela fait deux à trois ans qu'on en parle. " Lundi, le dossier a pris un nouveau tournant. Par 17 voix contre le maintien, 5 voix pour et 6 votes blancs, le conseil municipal a décidé de retirer à Gabriel Hondaâ les délégations de premier adjoint en charge des finances, des bâtiments communaux et des services techniques. Le prochain conseil municipal désignera son remplaçant. Probablement Joël Charpentier. En décidant de briser la glace, le maire de Vallet a officialisé une crise ancienne. Une faille s'est ouverte. Elle sera difficile à refermer.

Hervé Pavageau

2012-03-15-IMG-Mairie.jpg

 

Repost 0
Published by Lucien - dans Presse
commenter cet article
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 15:33

Les projets routiers font toujours débat. Alors que dans le Vignoble, le dossier de liaison routière Clisson-Ancenis va faire l'objet d'une réunion privée le 27 mars prochain à Vallet, dans le Maine-et-Loire, département voisin, Christophe Béchu, Président du conseil général voisin, s'est vu reprocher "d'abandonner un projet en 2X2 voies dans les Mauges jusqu'à Liré". Dans le Vignoble, la trajectoire diffère. Il n'y a toujours pas de tracé. Mais tout le monde est d’accord sur le dimensionnement de la future route. Chacun son chemin.

15/03/2012 L’Hebdo

Repost 0
Published by Lucien - dans Presse
commenter cet article
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 15:29

Le Plan local d’urbanisation s’éternise selon l’opposition

Le recours à un emploi non permanent dans le service urbanisme a fait six abstentions dans les rangs de l'opposition, lundi, lors de la, séance plénière du conseil municipal. « Cela fait encore un emploi supplémentaire », soulignent les élus de la minorité municipale. En toile de fond de ce dossier « il y a le Plan local d’urbanisation (Plu) qui s’éternise », pour reprendre les termes de Colette Papin. Denis Portier, conseiller municipal délégué à la commission ad hoc en convient. « Lorsque nous avons lancé les études le 17 avril 2008, on n’avait pas imaginé qu’il fallait plus de quatre années pour rendre un Plu opposable. » Entre-temps les évolutions législatives sont passées par là. « Avec cet emploi sur trois mois il s’agit de tenir les délais du 2 juillet prochain, de mettre les bouchées doubles pour réaliser le document dans les temps », justifient Nicole Lacoste, la maire et Denis Portier.

Les autres dossiers

Fiscalité. Les taux d’imposition n’augmentent pas. La majorité s'y était engagée l’an passé pour 2012. « Le contexte est pourtant peu favorable. Puisque la dotation de l’état par habitant diminue. Elle passe de 131,17 € en 2011 à 129,23 € en 2012 », explique Nicole Lacoste. Le produit attendu sur le plan local est de 3,17 millions d’euros. La progression est seulement de 1, 98 % par rapport à l’an passé.

Liaison routière. Le conseil municipal va se réunir en réunion privée le 27 mars prochain. « Ce rendez-vous n’est pas ouvert au public dans la mesure où il y a une enquête en cours pour un tracé plus à l’Est en direction du Maine-et-Loire, selon les préconisations du ministère de l’agriculture », précise Nicole Lacoste. Cette réunion est organisée pour rassembler les remarques émanant notamment des riverains. Elles sont destinées à être prise en compte par le conseil général qui conduit le Projet.

Sécurité routière. Les amendes de police sont destinées à financer l’amélioration des conditions générales de circulation. . La commune présente, au conseil général, deux dossiers d’aménagement. Il s’agit de la sécurisation de la traversée de Borne-Fontaine pour un montant de 35 000 € ; la création d’un chemin pour les piétons au niveau du Brochet vers le centre-ville : 12 000 €.

Subvention. L'association Cru Vallet  s’est constituée afin d’obtenir une- AOC (Appellation d'origine contrôlée) Vallet. La commune participe à la création de l'étiquette : 1 500 €.

15/03/2012 OF

 

Une nouvelle mode antidémocratique apparait dans les Conseils municipaux du vignoble, aprés Mouzillon, voici Vallet.

Les sujets traités sont trop importants pour les habitants?

Repost 0
Published by Lucien - dans Presse
commenter cet article
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 15:26

Conseil : que va-t-il se passer maintenant ?

22 h 30, lundi soir, la séance est levée. Le nombreux public quitte lentement la salle. Nicole Lacoste vient de conclure la réunion de conseil en assumant à nouveau sa décision de retirer les délégations à son premier adjoint (lire Ouest-France mardi 13 mars). « Je veux un conseil municipal qui fonctionne dans la transparence. » À ceux qui lui signalent qu’elle a été peu disserte sur le sujet depuis la publication d’un communiqué de presse (Ouest- France du mercredi 7 mars), elle insiste en un tournemain : « On ne peut pas travailler ensemble quand il y a un profond désaccord. »

Au cours de la séance, c’est elle qui a présenté les affaires financières en remplacement de Gabriel HONDAA. Il était l’adjoint aux finances. L’opposition par la voix d’Hervé Aubron a félicité la majorité pour le choix du maintien des taux d’imposition. « C’est aussi l’œuvre de Gabriel HONDAA », s’est empressée de souligner la première magistrate.

Son désormais ex-premier adjoint gardera-t-il ses prérogatives à la Communauté de communes ? Il est vice-président en charge des finances. Au syndicat de pays du Vignoble ? Il est vice-président, porteur du projet de l’office de pôle. Et Jean MEIGNEN qui a remis ses délégations à Nicole Lacoste. « Il a eu un geste courageux », commente Gabriel HONDAA. Au cours du conseil, sur l’invitation du maire, l’adjoint aux affaires culturelles a développé les dossiers. Nicole Lacoste temporise : « Jean est sur le coup de la colère. » Marylène GARCIAU, élue de l’opposition, constate : « On le voit bien, la politique ne fait pas de cadeaux. Cela a été très dur pour Paul Dalon en 2008. Ce soir, c’est très dur pour Gabriel HONDAA. »

L’opposition choquée de la façon de faire du maire

L’opposition, à l’unanimité, n’a pas voulu prendre part au débat pour l’éviction de Gabriel Hondaâ de ses responsabilités de premier adjoint. Elle précise dans un-communiqué. « Notre équipe ne souhaite pas polémiquer sur ce conflit de personnes entre Madame LACOSTE et Monsieur HONDAA. Conscients de la situation, nous n’étions ni informés, ni impliqués dans les problèmes de confiance mutuelle, d’intérêts personnels et de velléités politiques au sein de la majorité actuelle, évoqués lors du conseil municipal. »

Le groupe minoritaire à l’assemblée communale souligne que son « rôle est de travailler sur les dossiers de la commune dans l’intérêt général des Valetais. Pour ces raisons, nous, les six membres de l’opposition, avons donc voté blanc au non-maintien de Monsieur HONDAA dans ses fonctions. » Les élus de l'opposition expliquent, également : « Pour notre part, respectueux de l’être humain, nous sommes une fois dé plus choqués par la dureté adoptée par Madame le Maire dans sa façon de procéder. »

14/03/2012 OF

Repost 0
Published by Lucien - dans Presse
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 15:09

Dans son rôle l’opposition municipale prépare aussi 2014

 

Nouvelle salle des sports, opération des chais du Luxembourg..., l'opposition critique les choix de la majorité. L'équipe se prépare aussi pour l'après- 2014. Et travaille à la création d'une liste et d'un projet pour les prochaines élections municipales.

"On est plutôt une opposition constructive. Il y a des domaines où l'on est entièrement d'accord. On aurait fait d'ailleurs les mêmes choses si nous avions été en gestion”, expriment Jérôme Marchais et Colette Papin, élus de l'opposition. Sur d'autres, en revanche, ça coince. Dans le viseur de la minorité municipale, deux dossiers posent problème. Il s'agit de l'opération de logements sociaux des Chais du Luxembourg. Et de la nouvelle salle des sports. Les deux projets portés par la majorité ont été débattus lors du dernier conseil municipal. L'opposition s'est abstenue. Pourquoi ? Le désaccord est politique.

Concernant les Chais du Luxembourg, c'est "le montage financier" qui heurte l'opposition. "Nous ne sommes pas contre les logements sociaux. Au contraire. Mais, dans cette opération, entre les recettes et les subventions, il reste à la charge des Valletais près de 400 000 euros", rappelle Jérôme Marchais. Au portage par le conseil général l'opposition aurait préféré que le programme soit réalisé par un promoteur privé. "Comme cela avait été initialement au départ du projet, ajoute l'élu. Il n'y aurait pas eu d'opération blanche. Mais le coût aurait été moins lourd à supporter pour le contribuable". L'interpellation est d'autant plus grande que l'opération s'est faite en catimini, selon l'opposition valletaise. “Le rachat avait été fait quand on a découvert l'opération". L'opposition a fait les comptes. "L'achat par la commune atteint les 114 euros le m2 alors que la revente n'est que de 40 euros", déplore Jérôme Marchais.

Salle de sports : autre choix

L'élu valletais, membre de Vallet compétences, est aussi celui qui critique le plus le choix de la nouvelle salle des sports. L'élu de l'opposition a toujours défendu un projet plus ambitieux. Pas celui présenté par la majorité municipale lors du conseil. "Cela n'était qu'un plan de masse. Avant 2008, on a fait réaliser une enquête auprès de toutes les associations pour estimera les besoins. On nous dit avoir travaillé sur une salle à minima alors que l'on n'avait pas encore les résultats de l'enquête", s'insurge Colette Papin. Le projet dont parle l'opposition, c'est celui d'un complexe avec deux salles séparées. Un projet plus coûteux de 450 000 euros mais qui correspond "aux besoins grandissants des associations sportives". Ce projet "avait d'ailleurs reçu un avis très favorable", précise Jérôme Marchais. “Il permettait de mutualiser l'équipement". Mais il a été écarté par la majorité. Pour des raisons de coût. "On est conscient des problèmes financiers. Mais, avec ce projet, bon nombre de sportifs ne seront pas satisfaits. Il répond seulement à 60 % des besoins. L’extension va vite s'imposer. Et une extension (Ndlr : prévue dans le plan), ça coûte très cher".

L'opposition se dit vigilante. Elle attend le plan local d'urbanisme qui "avance vraiment très tranquillement". Et suivra avec attention deux autres sujets : la politique enfance-jeunesse et le projet de liaison entre Clisson et Ancenis. "Le plan tel qu'on le lit ne correspond plus du tout à une démarche économique. Comment fait-on pour raccorder les zones d’activités ?" Autant de questions que l'élu devrait poser lors de la rencontre à huis clos prévue par la municipalité. Deux ans avant la fin du mandat, l’opposition regarde déjà vers les municipales 2014. L'équipe veut "monter une liste. Il s'agit de proposer une alternative sérieuse. Et construire un projet pour la ville de Vallet", précisent Colette Papin et Jérôme Marchais.

 

             IMG-1-copie-1.jpg

H. P.

Repost 0
Published by Lucien - dans Presse
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 11:31

Vendée : Les grandes priorités du plan routier 2010-2020

Le Département va investir 500 millions d'€ en dix ans, dont près de 73 millions en 2010. Objectifs : développer les contournements et des grands axes.

Améliorer la fluidité

Le Département a voté son budget vendredi dernier (voir O-F de samedi). Le plus gros poste d'investissements reste le plan routier. Objectifs : améliorer des axes existants et étoffer encore le maillage des routes. Le département enregistre une augmentation moyenne du trafic d'environ 3 % par an.

Le plan 2000-2010, avec plus de 360 millions d'€ d'investissements, a « permis d'améliorer la sécurité et la fluidité du trafic, avec par exemple une quarantaine de contournements de villes réalisés, note Philippe de Villiers, le président du conseil général. « En 2000, il y avait 196 kilomètres de 2X2 voies, dont 128 km d'autoroutes. Aujourd'hui, on est passé à plus de 300 km. Il faut poursuivre. »

Les objectifs pour 2020

Le Département prévoit de consacrer 500 millions d'€ sur cette période pour réaliser près de 60 aménagements, dont six axes prioritaires. En « poursuivant les objectifs de fluidité et de sécurité », précise Philippe de Villiers, qui annonce à terme« 500 km de 2 X 2 voies » et « une cinquantaine de contournements » d'agglomérations.

Nouveauté aussi : l'attractivité. Outre les bénéfices d'un réseau étoffé pour répondre aux besoins des économiques et touristiques, il s'agit là de faire des routes « paysagères », avec« systématiquement des pistes cyclables et des bordures bocagères ».

Les axes prioritaires pour le littoral

Tout d'abord l'aménagement en 2 X 2 voies de l'axe rétro-littoral Challans-Les Sables (RD 32) dit aussi « La Route bleue ». Un aménagement progressif accompagné « d'une amélioration de la desserte des communes du littoral », explique Philippe de Villiers. L'opération s'articulera avec la réalisation des contournements d'Olonne, Vairé et Soullans, puis de L'Aiguillon, La Chaize-Giraud et Landevieille.

Autre priorité annoncée : l'axe La Roche-sur-Yon - La Tranche-sur-Mer (RD 747), qui sera mise à 2 X 2 voies, avec les contournements de Moutiers-les-Mauxfaits et de la zone de l'Épinette, au niveau de la Boissière-des-Landes.

Au cœur du département

Le Département souhaite achever la liaison Aizenay-Challans en 2 X 2 voies. « Deux sections vont être réalisées : de Challans jusqu'à l'entrée nord de Saint-Christophe (4, 5 km) et d'Aizenay à Maché (environ 5 km) ». Dans le prolongement de cet axe, « se poursuivra l'aménagement de la rocade nord de La Roche, notamment le doublement de la section allant des Établières (route de Nantes) jusqu'aux Oudairies ».

L'aménagement de l'axe La Roche-Luçon (RD 746) est aussi prévu, avec la réalisation de plusieurs créneaux de dépassement jusqu'à Mareuil-sur-Lay et le contournement de la commune. Enfin la liaison Chantonnay-Bournezeau (RD 949 bis) sera mise en 2 X 2 voies.

La rocade du bocage

Il s'agit là d'achever la rocade dite « du bocage », qui s'étire« entre l'autoroute A 87 au Nord (échangeur de La Verrie) et l'A 83 (échangeur de Fontenay ouest) », précise Philippe de Villiers. Ce programme comprendra le contournement de Saint-Michel-de-Mont-Mercure, l'aménagement de la liaison Pouzauges - Réaumur et le contournement de cette dernière commune. Également des travaux pour l'axe Cheffois-Réaumur.

Les sept projets qui aboutissent en 2010

1. Une première section de 2, 5 km du contournement ouest de Moutiers-les-Mauxfaits, entre le nord de la ville et la route d'Avrillé, ouvrira avant l'été.

2. La nouvelle voie Pouzauges-Réaumur sera mise en service l'été prochain. Et le chantier se poursuivra par les travaux de contournement ouest de Réaumur.

3. Une nouvelle route de 10 km, reliant Moreilles-Puyravault et Pont du Brault (Charente-Vendée), doit être ouverte à la circulation durant l'été.

4. Le contournement nord de Belleville-sur-Vie devrait être opérationnel cet été.

5. Une troisième voie de la RD160, entre Bel air et La Verrie ouvrira au printemps.

6. Le chantier du contournement de Saint-Fulgent devrait être terminé en fin d'année.

7. Les travaux du contournement de Sainte-Flaive-des-loups ont débuté aussi, pour s'achever normalement fin 2010.

Une année décisive pour l'A 831

À noter enfin que le projet d'autoroute A 831, reliant Fontenay à Rochefort, devrait être bouclé cette année. Les conclusions d'une dernière étude menée par la Ligue pour la protection des oiseaux, et qui doit préconiser les meilleures solutions afin d'insérer l'A 831 dans l'environnement, doivent être rendues avant l'été. Une phase décisive, selon le Département, pour que soit réalisée cette dernière autoroute vendéenne longue de 64 km, dont 20 km dans le département.

Ouest-France

                            10.02.23-OF-Plan-Routier-Vendee-Photo--1-copie-1.jpg

En Février 2010 le plan routier de la Vendée 2010/2012 était finalisé. En fin 2012 le schéma routier du 44  en sera à un examen définitif! Pour le CG 44 les routes ne sont pas prioritaires!

                           Voir article du 15/11/2011 sur notre Blog

 

Repost 0
Published by Lucien - dans Presse
commenter cet article
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 08:20

Le projet de liaison Ancenis - St Philbert de Grandlieu a été validé en 2009. Le tracé a-t-il du plomb dans l'aile? Le tracé à l'Est de la commune de Vallet retenu par le conseil général en 2009 se situe à proximité de plusieurs gros villages comme celui de la Débaudière.

Le sujet s’est invité au conseil municipal de Vallet, lundi soir. « En 2008 vous l'avez présenté comme un enjeu important pendant la campagne électorale. On demande à savoir où en est le dossier », exprime Jérôme Marchais, membre de l’opposition.

« La première chose que nous avons faîtes après notre élection a été de publier les cartes rappelle Nicole Lacoste, la maire. Actuellement le conseil général travaille sur deux chantiers et notamment la recherche d’un tracé encore plus à l’Est, vers le Maine-et-Loire sur la demande des associations de viticulteurs ».

Les techniciens et élus du Département mènent également une analyse des différents points d’achoppements concernant le tracé Est retenu en 2009. « Ils sont nombreux à régler en terme de sécurité, de problématiques environnementales. On s’aperçoit, aussi, que si ce tracé est validé définitivement, il y aura beaucoup de difficultés dans des endroits à circuler d’une ferme à une autre », souligne Nicole Lacoste.

Jérôme Marchais sollicite également des informations sur le désenclavement de la zone industrielle des / Dorices par rapport, au futur projet routier. « Concernant la desserte de ce pôle économique nous sommes en demande. Le détail et il est d’importance c’est le financement », précise la maire.

Une réunion, de présentation et d’informations devant le conseil municipal de Vallet par les services du conseil général pourrait avoir lieu dans le courant du mois de mars.

Repost 0
Published by Lucien - dans Presse
commenter cet article
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 11:55

« Enfin », diront les habitants. Les travaux tant attendus pour dévier la commune de Vue ont commencé. Il faudra néanmoins attendre minimum 2015 pour le contournement.


« Urgence ». Le mot s’affiche encore en lettres rouges à l’entrée de Vue (sur l’axe Saint-Brevin-Nantes). Depuis des années, les riverains réclament une déviation de la départementale 723 traversée quotidiennement par près de 11 000 véhicules, dont 10 % de poids lourds. « En dix ans, il y a eu 15 accidents mortels », rappelle Daniel Morisson, conseiller général du canton du Pellerin.

En 2006, une déclaration d’utilité publique a été signée pour cette déviation de 13 km. Coût estimé : 65 millions d’euros, pour une route à deux fois une voie. Elle devait à l’origine ouvrir en-2012. Mais 2012 marquera juste le démarrage du chantier. Depuis 2007, il est reporté. Plusieurs raisons à cela : changement de majorité au conseil général, difficulté du tracé, recours du maire de Rouans, propriétaire de terres; transfert de compétence entre État et Département...

Dernier obstacle en date : la procédure d'aménagement foncier.

Un hectare acquis sur 75

U terrains devraient être acquis », déclare Yves Daniel, vice-président du conseil général, chargé des routes. « Le conseil général peut solliciter le préfet pour un arrêté de prise de possession anticipée des terrains. » Cet arrêté permet au Département de travailler sur les terrains avant leur achat, La demande est sur le bureau du préfet. Une fois signée, pourront commencer les sondages géotechniques et les fouilles archéologiques.

Le conseil général négocie avec l’Adeir (Association de défense des exploitants impactés par les routes), qui regroupe une cinquantaine d’agriculteurs. Ceux-ci demandent réparation des préjudices : allongement de parcours, exploitations coupées...     ,

Déviation pas avant 2015

Le ehantier.de la déviation se fera en deux phases, de 6,5 km chacune. Il débutera à l’Ouest, par la construction de deux ouvrages d’art en 2012 : un pont à la Bévinière (1 million d’euros) et un passage inférieur à la Ma quinière. Les travaux ont commencé le 16 janvier à la Bévinière, à Vue, au carrefour avec la D67. « La partie ouest est plus facile que la partie est, où seul hectare a été acheté à l’amiable à ce jour. Le projet en demande 75 I « D’ici l’été 2012, tous les est, où il y a un viaduc à construire sur la rivière de l’Acheneau », explique Yves Daniel.

Début 2013, la voirie pourra commencer à être déroulée jusqu’à la Croix Jean-Normand, d’où démarrera une liaison Rouans-Port Béranger. Cette route nouvelle de 13 km reliera la RD723 à Frossay et la RD751 au Pont -Béranger (28 millions d’euros). « On pourra alors dévier le trafic qui transite par la commune, par le Sud. On peut l’espérer en 2015... S’il n’y a pas d’autres contraintes », confie Yves Daniel. .Les fouilles archéologiques peuvent en effet bloquer les travaux, dans ce secteur riche à ce niveau-là.

                         Daniel-Morisson.jpg

Nadine BOURSIER.

 

 

Notre Commentaire !

 

 1 - CONTEXTE :

La commune de Vue (1370 habitants) est située sur l’axe Nantes-Paimboeuf.

Trafic : env. 11.000 véhicules /jour dont 10% de camions.

Environnement de marais et de canaux à proximité de la Loire.

       -          Cette commune a demandé une déviation, déclarée d’utilité publique en 2006, avec pour          objectif une ouverture en 2012.

       -         Aujourd’hui, le projet a été évalué à 65 millions d’€ pour un tracé de 13 km.

       -          Premiers travaux commencés en janvier 2012.

Objectif espéré: 2015.

 2 – COMMENTAIRES :

Ce dossier présente des similitudes avec la commune de Mouzillon

 Le trafic est similaire

 La longueur de la déviation envisagée parait similaire à des déviations locales pour Mouzillon et Vallet (13 km)

       La population concernée par un tel projet (Mouzillon et Vallet) représente environ 9.500 habitants.

       Le délai de réalisation : entre 3 et 6 ans

       Le coût semble de l’ordre de 65 millions d’€

3 – QUESTIONS et REFLEXIONS : 

  Pourquoi ne pas militer pour un tel projet dans le vignoble, d’autant plus que la population concernée à Mouzillon et Vallet réunis,  représente environ 9.500 habitants, ce chiffre est largement supérieure à la population de la commune de VUE (1370 habitants) .

  Le délai de réalisation (entre 3 et 6 ans) parait « acceptable ».

  Le coût de réalisation pourrait être similaire pour un population plus nombreuse.

  L’environnement du vignoble semble moins contraignant que sur la commune de VUE.

Ne s’agirait-il pas d’une question de volonté de nos élus locaux ?

 

 

 

Repost 0
Published by Lucien - dans Presse
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 14:37

Cette enquête nous parvient avec beaucoup de retard après que le Collectif Associatif l'ait demandé à plusieurs reprises.

Vous pourrez lire à la suite des diapos nos premiers commentaires.

IMG-1--copie-1.jpg

IMG-2--copie-1.jpg

IMG-3--copie-1.jpg

IMG-4--copie-1.jpg

IMG-5-copie-1.jpg

IMG-6--copie-1.jpg

IMG-7--copie-1.jpg

IMG-8--copie-1.jpg

IMG-9--copie-1.jpg

IMG-10-copie-2.jpg

IMG-11-copie-1.jpg

IMG-12-.jpg

2012 01 30 Commentaires de l'enquête origine-destination


Repost 0
Published by Lucien - dans Courrier
commenter cet article